Essayez donc l’hypnose pour vous défaire de votre addiction

L'hypnose permet de traiter de nombreuses pathologies, ainsi que des dépendances. Dans ce dernier cas, elle est particulièrement efficace pour aider les fumeurs à échapper à l'emprise de leur dépendance. Des professionnels ayant fait leurs preuves, se promettent de vous faire stopper votre addiction en une consultation. Voici maintenant le principe même de cette initiative. 

Le principe général d’une séance d’hypnose 

Tout d'abord, il faut savoir que répéter une séance d'hypnose pour un même objectif peut en annuler les résultats. Les résultats sont présents, découvrez cette info ici. C'est la raison pour laquelle on a parfois demandé à certains de prévoir des séances d'hypnose de plus de 10 heures non-stop. Ne vous inquiétez pas cependant, la séance complète, comprenant la séance d'hypnose et la conférence qui la précède, dure généralement moins de deux heures. 

Il faut donc se méfier des thérapeutes qui proposent plusieurs séances pour vous aider à arrêter de fumer. L'objectif principal est de faire en sorte que le fumeur n'aime pas la cigarette en modifiant sa perception de celle-ci. 

Les résultats sont-ils concluants ? 

S'il n'existe pas encore de preuves scientifiques concrètes de l'utilité de l'hypnose pour arrêter de fumer, on peut néanmoins citer une étude américaine qui a montré qu'elle était plus efficace que les patchs à la nicotine et d'autres méthodes. En outre, le risque de prise de poids après l'arrêt du tabac grâce à l'hypnose est moindre et il n'y a pas de sensation de privation ou d'anxiété. 

L'hypnose étant une méthode thérapeutique dont le contenu et la forme varient considérablement d'une personne à l'autre, il est difficile d'élaborer des données empiriques. 

Cependant, le nombre d'anciens fumeurs qui attribuent à l'hypnose le mérite de les avoir aidés à arrêter de fumer est tout de même assez éloquent. Cependant, il est important de souligner que même s’il y a souvent d'excellents résultats, il y a toujours des personnes que l’on ne peut pas traiter, le succès n’est donc pas total.