Que savoir sur l'épicurisme ?

Le développement de la science a permis de s’attendre à une grande variété de banches. Notamment l’épicurisme qui tend vers le domaine philosophique. Ainsi, plusieurs préoccupations tournent autour de la question d’en savoir plus sur cela. Découvrez alors plus d’informations dans cet article.

L’épicurisme : de quoi s’agit-il ?

Doctrine de l’Epicure, l’épicurisme tient sa source d’une physique matérialisme selon laquelle seuls les atomes et le vide sont existants. Pour plus de détails sur ceci, le site de cette plateforme vous en dira plus. En effet, le vide et les atomes composent les mondes et les corps qui se désintègrent de manière inattendue et imprévue. Sur le plan moral, on dira que l’épicurisme peut être assimilé comme un hédonisme ascétique. Autrement dit, il s’agit d’une recherche de plaisir pour le bien-être de soi. Ce plaisir qu’on s’est exercé à avoir en faisant une sélection de telle manière qu’on en bénéficie sans qu’il n’y ait un problème d’excès. Il s’agit d’un courant philosophique qui a pour objectif la recherche du bonheur en se basant sur la satisfaction des désirs naturels et nécessaires.

Par ailleurs, elle a été fondée par Epicure dans les années 306 avant Jésus-Christ dans un petit jardin qui se trouve à Athènes. C’est une doctrine qui cherche à vaincre la souffrance.

Quelle est l’importance de l’épicurisme ?

Comme il a été dit un peu plus haut, l’épicurisme se base sur la recherche du plaisir pour vaincre la souffrance qui a lieu d’être. Cette doctrine permet de se procurer un bonheur absolu. Ainsi, pour accéder au bonheur, il est convenable de se débarrer des problèmes et des soucis qui constituent en réalité, le principal facteur d’angoisse. Il va falloir supprimer ce facteur et se libérer. Il n’y a pas de méthodes artificielles pour y arriver. Mais si vous désirez vous faire accompagner, il serait préférable de faire appel à un épicurien.

En outre, l’importance de l’épicurisme n’est plus à démontrer. D’autant plus que les expériences ont permis d’approuver que cette doctrine n’a que pour but principal de garantir un bien-être au corps humain.